À propos

De son enfance basque, Éliha conserve la figure du musicien-poète, évoquant le rhapsode qui se déplaçait de ville en ville chantant ou déclamant des poèmes. Elle découvre la musique à travers les chants traditionnels souletins rythmant les rituels de vie (naissances, mascarades, pastorales, mariages, deuils…). Le piano accompagne par la suite ses premières expériences classiques, puis s’ajoutent le clavecin et le chant lyrique en conservatoires ainsi que la musicologie. Ses recherches l’amènent à étendre son répertoire aux musiques de tradition orale, grâce à des chants collectés lors de voyages et rencontres. Elle se spécialise dans l’interprétation des chants grecs et méditerranéens auprès d’Élèni Bratsou et des musiques slaves auprès de Karolina Popczyk.

Depuis 2020, elle se produit dans des lieux qui offrent une belle place aux musiciens-poètes: La Factorie -Maison de la Poésie de Normandie, Le Figuier Pourpre -Maison de la Poésie d’Avignon, expositions, musées, médiathèques, centres culturels, festivals (Poesia -La Factorie, Festival Off d’Avignon, Festival de Poésie Sauvage -La Salvetat-sur-Agout, La Nuit des Musées, Printemps des Poètes…).

En 2023, elle fonde le duo Éliha & Gaël, avec le pianiste/compositeur Gaël Tissot, autour de chants de la Méditerranée et d’un piano enrichi de sonorités électroacoustiques.

Publiée en revues et en recueils, la poésie d’Éliha explore la physicalité de la langue. Entre phrases rythmiques obsessionnelles et silences habités, elle crée des espaces sensibles où l’émotion est corps vibrant. Son premier recueil, S’effacer, est paru en 2017 aux éditions Encres Vives. Elle est régulièrement invitée à des lectures publiques dans des salons littéraires, festivals, librairies… Son nouveau recueil, Cracher le silence, est paru en mars 2023 aux éditions Rosa Canina.